toutallantvert.com votre boutique 100% écolo pour vous accompagner vers un mode de vie écologique et durable
Panier vide
  • Marianne (01/09/2007): Rentrée. Passez au vert!

    Marianne (01/09/2007), Rentrée. Passez au vert!  Source: http://www.marianne2.fr/Rentree-Passez-au-vert!_a171740.html

    Créée il y a sept ans chez nos voisins belges, l'opération «Cartable vert» promeut l'achat responsable de fournitures scolaires. Lancée par trois administrations environnementales belges, cette action de sensibilisation auprès du grand public passe par la diffusion

    de conseils et d'étiquetages adaptés en magasin. Une belle initiative qui gagnerait à être reprise chez nous, où la tendance des fournitures scolaires écolos pointe tout juste le bout de son nez. Stylos rechargeables, gommes sans PVC et cahiers écoconçus investis sent timidement depuis trois ans papeteries et supermarchés. Pour l'heure, seuls les cahiers et les feuillets mobiles ont véritablement trouvé leur place en rayons. Facilement identifiables, ils bénéficient de plusieurs labels (lire ci-contre), en revanche, pour le reste des fournitures, le consommateur est livré à lui-même. Et ce n'est pas toujours simple de s'y retrouver dans cette offre naissante et encore méconnue.

    Leçon n° 1: ne perdez jamais de vue que consommer de manière durable, c'est, avant tout, consommer le moins possible. Alors, avant d'entamer une quelconque virée dans le supermarché le plus proche, on fait le tri dans les affaires de l'année dernière, l'objectif? Faire le point sur les affaires scolaires encore en état de marche. Une étape indispensable, surtout lorsqu'on connaît l'habileté des enfants à faire passer un stylo plume pour mort, histoire de se faire offrir le dernier modèle siglé Harry Potter! Leçon n° 2: achetons peu, mais achetons bien. Pour le matériel d'école, les maîtres mots sont «recyclable», «rechargeable» et «solide».

    Star incontestée de la rentrée des classes: le papier et ses dérivés, feuillets mobiles, blocs-notes ou cahiers. Si possible, on privilégie le papier recyclé, dont la fabrication consomme 20 fois moins d'arbres, 100 fois moins d'eau et 3 fois moins d'énergie que celle du papier blanc. Seul inconvénient: il est plus cher, car la phase de désencrage reste très onéreuse. Autres options: les papiers tree-free (qui ne nécessitent pas de bois) comme ceux à base d'algues proposés par le site Unbureausurlaterre.com, ou les papiers créés à partir de déchets agricoles comme ceux que l'on trouve sur Ecopaper.corn. Et, à défaut de pouvoir jouer à fond la carte de l'écologie, on sélectionne des cahiers, feuillets ou papiers labellisés. Tous ne se valent pas, mais un papier certifié sera toujours plus écologique qu'un autre qui ne l'est pas...

    Priorité au rechargeable
    Autres incontournables des salles de classe: les stylos, stylos plume et crayons de papier ou de couleur. On les choisit en matières recyclées, ou recyclables, avec une préférence pour les produits en bois, si possible certifiés, et bien évidemment sans vernis, inutile et extrêmement polluant. Pour les encres, on opte pour celles qui sont sans solvant, à base d'eau ou d'alcool. Même réflexe pour les feutres ou les surligneurs, dont les encres peuvent être encore plus nocives. On veille également à acheter des produits rechargeables comme les stylos plume à réservoir (toutefois déconseillés aux plus jeunes) ou les porte-rnines. Quant au correcteur, trop souvent réclamé par les instituteurs, on lui préférera une jolie rature, le retour du brouillon au crayon de papier, ou on aura recours, par défaut, à une version sans solvant. Egalement peu déclinées dans des versions bio, la majorité des colles contiennent des solvants volatils toxiques. On fait alors un petit tour sur la Toile pour dénicher une glu à base végétale.

    Un pari pour le futur
    Non contentes de préserver la planète, les fournitures scolaires écologiques ne sont pas beaucoup plus chères que les fournitures classiques. Parfois, elles le sont même moins! Mais, surtout, pour de nombreux articles, les règles ou les taille- crayons notamment, on s'y retrouve sur la durée. Une règle en plastique résistera bien moins longtemps au cartable qu'un modèle en hêtre. Même constat pour les taille-crayons électriques, qui ne tiennent pas un semestre. Alors que ceux en bois ou en métal servent pendant des années.

    Acheter du matériel scolaire respectueux de l'environnement permet d'aborder le thème de l'écologie avec les enfants de manière ludique et concrète. Un pari pour le futur, surtout lorsque l'on sait, comme le souligne Elisabeth Laville, directrice d'Utopies, cabinet de conseil en développement durable, dans son ouvrage Achetons responsable! Achetons responsable! Mieux consommer dans le respect des hommes et de ta nature, d'Elisabeth Laville et Marie Balmain, Seuil, 19 Euros. que «les deux tiers des produits consommés par les enfants le seront encore par ces derniers lorsqu'ils seront adultes». L'occasion aussi de leur apprendre quelques principes simples - comme utiliser les feuilles recto verso, ne pas imprimer de manière abusive, faire attention à ses affaires - ou encore de les arracher à la dictature des marques. Par exemple, en argumentant qu'avec des fournitures recyclées, pas encore polluées parles licences, ils seraient bien plus fashion qu'avec celles flanquées des trombines d'Arthur et des Minimoys! Un challenge. . .

    Autre défi à relever: dénicher ces fameuses fournitures «vertes». Pour l'heure, elles sont majoritairement vendues sur Internet (lire p. 91 l'encadré «Quoi de neuf pour 1'« écolier»? ») .

    Ouvert il y a un an et spécialisé dans les fournitures écolos, Toutallantvert.com a étoffé son offre et possède une excellente sélection. Le site Rentreedesclasses.fr, créé il y a trois ans, vient, quant à lui, d'ajouter une rubrique «rentrée écologique». En grandes surfaces, en revanche, on reste frileux. Le nombre de références écolos des marques de distributeur ou mises en rayons n'a que très peu augmenté cette année. Chez Clairefontaine, on avoue même avoir eu du mal à convaincre certains magasins d'accepter Forever, la dernière collection de cahiers en papier recyclé. Du côté des entreprises, si certaines commencent à se mobiliser, Elisabeth Laville estime qu'en règle générale elles ne s'engagent pas assez, «à part quelques-unes, comme Bordas qui vient de passer toute sa production de livres en papier recyclé ou certifié, peu franchissent le pas de l'investissement total Pourtant, elles ont tout à y gagner en termes d'image». Même son de cloche de la part d'Olivier Demaegdt, créateur du site Unbureausurlaterre.com et auteur du blog Quotidiendurable.com. Il regrette que beaucoup d'entreprises aient une démarche trop superficielle, «le marketing va plus vite que les produits. Souvent, il met en avant des qualités absurdes». Il se rappelle notamment de ce fournisseur qui lui vantait son adhésif recyclable, oubliant de préciser qu'une fois collé il ne l'est plus. Autre exemple: le fabricant UHU promeut ses modèles de colles supermini en expliquant qu'elles évitent le gaspillage. Mais a-t-il pensé que cela créait plus d'emballage et donc plus de déchets? Si Olivier Demaegdt estime que ces prémices sont toutefois des signes positifs et encourageants, il insiste sur le fait qu'il faut maintenir la pression: «Le consommateur doit rester vigilant et exigeant. Quand Pilot sort une gamme de stylos en plastique recyclé, c'est une belle avancée, mais il ne faut pas en rester là. Il y a encore un gros travail à effectuer pour rendre les encres écologiques.»

    ll ne faut pIus hésiter!
    Cependant, Elisabeth Laville considère que les entreprises ne sont pas les seules à devoir stimuler l'intérêt des consommateurs pour les fournitures scolaires écologiques. Selon elle, l'école a également un rôle moteur à jouer: «Du côté des instituteurs, les choses bougent mais lentement. Certaines écoles se mettent vraiment à l'écologie et s'investissent dans des démarches de type Agenda 21 Plans d'action pour le développement durable à l'échelle d'un territoire (environ 120 actuellement en France, du local au régional), www.comite21.org . Mais, trop souvent, les enseignants font leurs listes sans tenir compte des critères environnementaux et demandent du blanc, des surligneurs fluo ou encore des règles en plastique, alors qu'ils pourraient encourager ce mouvement.» Alors pour cette rentrée, plus d'hésitation on opte pour l'écocartable!